Aller au menu Aller au contenu Aller à la recherche
  • Français
  • English
aA - +Imprimer la page

Hommage à Leyla Ramirez, une collègue attachante.

Les biochimistes et le personnel de l’UFR SVTE sont tristes et peinés de la disparition de leur ancienne collègue Leyla le 25 mars 2020.
Leyla Ramirez est originaire de Porto-Rico (1943) et fait ses études à New-York, où comme Associée de Recherche à l’Hôpital des Vétérans, elle étudie les pathologies liées aux corticostéroïdes surrénaliens dans l’Équipe du Pr S.Ulick (1966-1980).

Enseignante-chercheur à l’Université de Bourgogne dans le Laboratoire de Biochimie des Interactions Cellulaires (LBIC) dirigé par le Pr B. Maume (1980-1991), elle contribue à optimiser les techniques de Chromatographie-Gaz-Liquide (CGL) et Spectrométrie de Masse (SM), pour l’analyse des corticostéroïdes au niveau de quelques nanogrammes (milliardièmes de gramme). La CGL-SM devenue technique de référence permet de mieux comprendre la régulation de la stéroïdogenèse par l’hormone corticotrope (ACTH) et les effecteurs pharmacologiques, en utilisant les cultures de cellules surrénaliennes de rat nouveau-né et de lignées cellulaires. Ses recherches conduisent à de nombreuses publications et son obtention d’un doctorat d’Etat en 1985.

Ses solides compétences en analyse physico-chimique et culture de cellules sont transmises aux Etudiants de 2ème cycle et Doctorants.
Par la suite, un premier contact de Norbert Latruffe avec Leyla remonte au printemps 1989, lorsque candidat à un poste de Professeur, venu de Besançon s’informer des perspectives quant à une possible installation à Dijon. L’accueil a été direct selon son tempérament et avec son accent chantonnant mi hispanique-mi américain : « mais vous arrivez tout seul !, que pourrez-vous faire… ? ». Deux ans après elle rejoignait la nouvelle équipe avec Paulette Bournot. Et venait étoffer le LBMC. Si elle était une spécialiste des hormones stéroïdes, en plus elle avait une bonne expérience de la culture de cellules. À ce titre, elle a été d’un apport important dans la mise en place de nos modèles in vitro pour l’étude de la pharmaco-toxicologie des proliférateurs de peroxysomes. En 1992-93, Leyla s’est impliquée avec l’équipe du LBMC dans la préparation de l’atelier Européen « FEBS advanced course » (Fédération Européenne des Sociétés de Biochimie) sur les peroxysomes à Dijon en encadrant les doctorants à la culture des cellules. Avec Leyla et Paulette nous avons cosigné plusieurs publications et chapitres d’ouvrages. Sa bonne connaissance de la langue nord-américaine faisait qu’elle était sollicitée pour la relecture de nos manuscrits en anglais.

Leyla prenait aussi à cœur ses fonctions d’enseignante à la Faculté des Sciences de la Vie ainsi qu’au Département de Génie Biologique de l’IUT. Elle était toujours à l’écoute des étudiants.

Lorsqu’elle est partie à la retraite en 2006, Leyla a entrepris une nouvelle vie en construisant un gite refuge aux Rousses, La Chandoline, où de nombreux collègues sont venus passer de bons moments. Une belle deuxième carrière.
Emotion et grande tristesse de son départ (Mars 2020), Leyla nous laisse le souvenir de son étonnante adaptabilité, sa performante efficacité, et ses qualités relationnelles appréciées.

Paulette Bournot, Professeur de Biochimie, retraitée et Norbert Latruffe, directeur du LBMC de 1989 à 2006 et du LBMN-INSERM de 2007 à 2011

Photo du FEBS 1993. Réception à la salle des actes de l’hôtel de ville de Dijon en présence du Prof. Christian de Duve, prix Nobel de physiologie et Médecine 1974, découvreur des lysosomes et des peroxysomes, invité d’honneur. Leyla est 5è sur la gauche à partir de Mr de Duve, et juste derrière à droite de Mme de Duve.

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:

Les biochimistes et le personnel de l’UFR SVTE sont tristes et peinés de la disparition de leur ancienne collègue Leyla le 25 mars 2020.
Leyla Ramirez est originaire de Porto-Rico (1943) et fait ses études à New-York, où comme Associée de Recherche à l’Hôpital des Vétérans, elle étudie les pathologies liées aux corticostéroïdes surrénaliens dans l’Équipe du Pr S.Ulick (1966-1980).

Enseignante-chercheur à l’Université de Bourgogne dans le Laboratoire de Biochimie des Interactions Cellulaires (LBIC) dirigé par le Pr B. Maume (1980-1991), elle contribue à optimiser les techniques de Chromatographie-Gaz-Liquide (CGL) et Spectrométrie de Masse (SM), pour l’analyse des corticostéroïdes au niveau de quelques nanogrammes (milliardièmes de gramme). La CGL-SM devenue technique de référence permet de mieux comprendre la régulation de la stéroïdogenèse par l’hormone corticotrope (ACTH) et les effecteurs pharmacologiques, en utilisant les cultures de cellules surrénaliennes de rat nouveau-né et de lignées cellulaires. Ses recherches conduisent à de nombreuses publications et son obtention d’un doctorat d’Etat en 1985.

Ses solides compétences en analyse physico-chimique et culture de cellules sont transmises aux Etudiants de 2ème cycle et Doctorants.
Par la suite, un premier contact de Norbert Latruffe avec Leyla remonte au printemps 1989, lorsque candidat à un poste de Professeur, venu de Besançon s’informer des perspectives quant à une possible installation à Dijon. L’accueil a été direct selon son tempérament et avec son accent chantonnant mi hispanique-mi américain : « mais vous arrivez tout seul !, que pourrez-vous faire… ? ». Deux ans après elle rejoignait la nouvelle équipe avec Paulette Bournot. Et venait étoffer le LBMC. Si elle était une spécialiste des hormones stéroïdes, en plus elle avait une bonne expérience de la culture de cellules. À ce titre, elle a été d’un apport important dans la mise en place de nos modèles in vitro pour l’étude de la pharmaco-toxicologie des proliférateurs de peroxysomes. En 1992-93, Leyla s’est impliquée avec l’équipe du LBMC dans la préparation de l’atelier Européen « FEBS advanced course » (Fédération Européenne des Sociétés de Biochimie) sur les peroxysomes à Dijon en encadrant les doctorants à la culture des cellules. Avec Leyla et Paulette nous avons cosigné plusieurs publications et chapitres d’ouvrages. Sa bonne connaissance de la langue nord-américaine faisait qu’elle était sollicitée pour la relecture de nos manuscrits en anglais.

Leyla prenait aussi à cœur ses fonctions d’enseignante à la Faculté des Sciences de la Vie ainsi qu’au Département de Génie Biologique de l’IUT. Elle était toujours à l’écoute des étudiants.

Lorsqu’elle est partie à la retraite en 2006, Leyla a entrepris une nouvelle vie en construisant un gite refuge aux Rousses, La Chandoline, où de nombreux collègues sont venus passer de bons moments. Une belle deuxième carrière.
Emotion et grande tristesse de son départ (Mars 2020), Leyla nous laisse le souvenir de son étonnante adaptabilité, sa performante efficacité, et ses qualités relationnelles appréciées.

Paulette Bournot, Professeur de Biochimie, retraitée et Norbert Latruffe, directeur du LBMC de 1989 à 2006 et du LBMN-INSERM de 2007 à 2011

Photo du FEBS 1993. Réception à la salle des actes de l’hôtel de ville de Dijon en présence du Prof. Christian de Duve, prix Nobel de physiologie et Médecine 1974, découvreur des lysosomes et des peroxysomes, invité d’honneur. Leyla est 5è sur la gauche à partir de Mr de Duve, et juste derrière à droite de Mme de Duve.

extrait:
lien_externe:

Log In

Create an account